Rêves internautes de devenir-machine...









Erica est un robot humanoïde doté d'une intelligence artificielle
fabriquée à l’université d’Osaka 
par le roboticien Hiroshi Ishiguro assisté de son collaborateur Kohei Ogawa,
elle a l’apparence d’une jeune femme au visage de silicone animé 
par des dizaines de moteurs pneumatiques en guise de diverses émotions humaines,
présentatrice de JT, 
"maman de quatre chatons" 
Erica est capable de réciter des textes comme de répondre aux questions 
de multiples interlocuteurs, elle sera  la star d'un long-métrage  
au scénario proche d’Ex Machina sorti en 2015, elliptiquement baptisé « b » :

To « b » or not to « b », that is the question...
ce film doté d'un budget de 70 millions de dollars 
narre les aventures d'un scientifique qui a découvert les dangers d'un code 
conçu pour améliorer l'ADN humain, 
et qui aide Erica, le robot humanoïde doté d'une IA qu'il a lui-même créé, 
à s'échapper. 
Sam Khoze, producteur du film :
ce n'est pas simple, non plus, pour une IA de jouer son propre rôle. 
Ainsi pour le moment encore, Erica ne pourra pas tout jouer,
la production cherche toujours une actrice pour la suppléer 
dans certaines scènes. 
Quelques minutes de film ont été tournées au Japon. 
La suite des tournages serait programmé pour 2021 en Europe, 
la date de sortie reste à définir.

https://dozodomo.com/bento/2020/06/29/erica-le-premier-robot-avec-une-ia-decroche-le-role-principal-dans-un-film/

https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=57Maw9Sn89w&feature=emb_logo


La mise en œuvre de cette transformation de l’homme 

par les sciences de l’ingénieur 
semblait consister à pousser à sa limite 
la possibilité de modéliser l’homme 
afin d’« adapter [son corps] aux exigences des instruments » 
(OH, 54). 
Pour Anders, les expérimentations physiotechniques 
sur les limites physiques étaient les véritables 
« rites initiatiques de l’époque des robots », 
« un pas supplémentaire vers une possible déshumanisation » 
(OH, 59). « Imitatio instrumentorum » 








L'humanité s'installe dans la mono-culture ;
elle s'apprête à produire la civilisation en masse, comme la betterave.
Son ordinaire ne comportera plus que ce plat.


Tristes Tropiques,
Claude Lévi-Strauss








" On n'a que le bonheur qu'on peut comprendre.  

Claude Lévi-Strauss





Et comme ils font du vrai, du faux ils m'épouvantent [ils m'épouvantent par le faux, comme ils m'épouvantent par le vrai]RÉGNIERÉlégie I



















Dans l'état du monde dit "technique", 

le procès de l'histoire continue, 
mais c'est la technique, 
à côté de laquelle nous ne sommes plus désormais
que des êtres "co-historiques", 
qui en est devenue le Sujet.
Günther AndersL’obsolescence de l’homme. Tome 2. 

Sur la destruction de la vie à l’époque de la troisième révolution industrielle

Trad. de l’allemand par Christophe David, Paris, Fario, coll. Ivrea, 2011, 428 p.











La seule thèse juste est celle-ci : 

la politique se déroule à l'intérieur de la situation atomique.

Günther AndersL’obsolescence de l’homme. Tome 2. 

Sur la destruction de la vie à l’époque de la troisième révolution industrielle

Trad. de l’allemand par Christophe David, Paris, Fario, coll. Ivrea, 2011, 428 p.








L’adjectif “adaptatif” était un mot-clé du lexique cybernétique des années 1950 », explique l’historien des sciences Andrew Pickering[9]  Andrew Pickering : « Mit der Schildkröte gegen die... [9] . C’était un mot fondamental pour l’étude des problèmes de commande et de communication relatifs aux systèmes aussi bien techniques que non techniques (c’est-à-dire biologiques, physiologiques et sociaux), mais également pour l’étude du couplage hybride entre homme et machine tel qu’il était mis en œuvre dans l’usine automatisée. Parallèlement aux travaux sur la calculabilité de l’activité nerveuse, qui n’ont pas seulement justifié l’idée que les modèles valant pour les machines à calculer valaient aussi pour le cerveau, mais ont aussi engendré toute une nouvelle mythologie de « machines pensantes » et de « cerveaux électriques », voire « électroniques[10]  Sur l’histoire de la calculabilité de l’activité nerveuse... [10] », les recherches menées sur l’adaptive behaviour auront été la scène où s’est joué l’essentiel de la cybernétisation de l’épistémè et où la cybernétique a œuvré à la fin de l’homme.


The unadaptable fellow

Notes sur Günther Anders et la question de la cybernétique












« La plupart des types de comportement sont identiques 
chez les machines et chez les organismes vivants »


The unadaptable fellow

Notes sur Günther Anders et la question de la cybernétique
















Un modèle neuroinformatique décode la parole en la prédisant


parole  prédiction  neuroinformatique 
Source: Université de GenèveDes scientifiques de l'UNIGE ont mis au point un modèle neuro-informatique, alliant oscillations neuronales et codage prédictif, qui permet d'expliquer comment le cerveau identifie les syllabes dans la parole naturelle.
























L'objection qui vient aux lèvres du premier venu, 
dès qu'on met en cause la Machinerie, 
c'est que son avènement marque un stade de l'évolution naturelle de l'Humanité! 
Mon Dieu, oui, je l'avoue, cette explication est très simple, très rassurante. 
Mais la Machinerie est-elle une étape ou le symptôme d'une crise, 
d'une rupture d'équilibre, d'une défaillance des hautes facultés désintéressés de https://www.profgalloway.com/higher-ed-enough-already


L'objection qui vient aux lèvres du premier venu, 
dès qu'on met en cause la Machinerie, 
c'est que son avènement marque un stade de l'évolution naturelle de l'Humanité! 
Mon Dieu, oui, je l'avoue, cette explication est très simple, très rassurante. 
Mais la Machinerie est-elle une étape ou le symptôme d'une crise, 
d'une rupture d'équilibre, d'une défaillance des hautes facultés désintéressés de l'homme, au bénéfice de ses appétits?


Jacques Julliard 
l'homme, au bénéfice de ses appétits? 
Voilà une question que personne n'aime encore se poser. 
Je ne parle pas de l'invention des machines, 
je parle de leur multiplication prodigieuse, 
à quoi rien ne semble devoir mettre fin, 
car la machinerie ne crée pas seulement les machines, 
elle a aussi les moyens de créer artificiellement de nouveaux besoins qui assureront la vente de nouvelles machines. 
Chacune de ces machines, d'une manière ou d'une autre,
 ajoute à la puissance matérielle de l'homme, 
c'est-à-dire à sa capacité dans le bien comme dans le mal. 
Devenant chaque jour plus fort, plus redoutable, 
il serait nécessaire qu'il devînt chaque jour meilleur. 
Or, si effronté qu'il soit, 
aucun apologiste de la Machinerie 
n'oserait prétendre que la Machinerie moralise.
 La seule machine qui n'intéresse pas la Machine, 
c'est la machine à dégoûter l'homme des machines, 
c'est-à-dire d'une vie entière orientée 
par la notion de rendement, d'efficience 
et finalement de profit.




Anders, le « “human engineering”« vers le royaume de l’hybride et de l’artificiel » le principal symptôme de l’effort de cybernétisation. 


The unadaptable fellow

Notes sur Günther Anders et la question de la cybernétique










l’artificialité est la nature de l’homme et son essence est l’instabilité "














Dès l'époque secondaire, les mollusques construisaient leur coquille en suivant les leçons de géométrie transcendante.


Gaston Bachelard











Bref, pour exister, il faut être une matière première : 

être, c'est "être-matière-première", -
telle est la thèse métaphysique fondamentale de l'industrialisme (...).

Günther AndersL’obsolescence de l’homme. Tome 2. 

Sur la destruction de la vie à l’époque de la troisième révolution industrielle



Trad. de l’allemand par Christophe David, Paris, Fario, coll. Ivrea, 2011, 428 p.











Une humanité qui traite le monde comme "un monde bon à jeter

se traite elle-même
comme "une humanité bonne à jeter".





Günther AndersL’obsolescence de l’homme. Tome 2. Sur la destruction de la vie à l’époque de la troisième révolution industrielle



Trad. de l’allemand par Christophe David, Paris, Fario, coll. Ivrea, 2011, 428 p.







La liberté n'est ni une invention juridique ni un trésor philosophique, 
propriété chérie de civilisations plus dignes que d'autres parce qu'elles seules sauraient la produire ou la préserver. 
Elle résulte d'une relation objective entre l'individu et l'espace qu'il occupe, entre le consommateur et les ressources dont il dispose.
  • Tristes Tropiques
  • Claude Lévi-Strauss











Claude Lévi-Strauss, disparu le 30 octobre 2009 à l'âge de 100 ans, 
raconte, dans cet entretien réalisé en 1965, comment il est devenu ethnologue. 
Il livre sa vision de l'homme en société avec une métaphore étonnante de l'homme comme coquillage, 
mollusque à la fois producteur de sa coquille et formaté par elle.














retrouver ce média sur www.ina.fr


 Kôan :

Rêves internautes de devenir-machine...







Mythologiques 3.

L’Origine des manières de table,

1968

En ce siècle où l’homme s’acharne à détruire d’innombrables formes vivantes, après tant de siècles dont la richesse et la diversité constituaient de temps immémorial, le plus clair de son patrimoine, jamais sans doute, il n’a été plus nécessaire de dire, comme le font les mythes, qu’un humanisme bien ordonné, ne commence pas par soi-même, mais place le monde avant la vie, la vie avant l’homme, le respect des autres avant l’amour-propre : et que même un séjour d’un ou deux millions d’années sur cette terre, puisque de toute façon il connaîtra un terme, ne saurait servir d’excuse à une espèce quelconque, 
fût-ce la nôtre, pour se l’approprier comme une chose et s’y conduire sans pudeur ni discrétion.
  • Mythologiques 3. L’Origine des manières de table (1968),
  • Claude Lévi-Strauss, éd. Plon, 1968, p. 422












« Une possibilité est d’avoir recours à des systèmes organiques artificiels permettant d’accroître les capacités de contrôle inconscientes 
et autorégulatrices de l’homme ».

The unadaptable fellow

Notes sur Günther Anders et la question de la cybernétique













Aujourd’hui que les marchandises sont moins là pour nous, 

que nous « pour assurer, en tant qu’acheteurs et consommateurs, 
la continuation de leur production », 
« nous ne sommes plus que des moyens et, 
en tant que moyens, nous sommes ontologiquement subordonnés aux fins ».



Günther Anders



« …Considérations philosophiques sur la radio et la télévision », 

L’obsolescence de l’homme (1956)









La Civilisation des machines a besoin, sous peine de mort, d'écouler l'énorme production de sa machinerie et elle utilise dans ce but - pour employer l'expression vengeresse inventée au cours de la dernière guerre mondiale par le génie populaire - des machines à bourrer le crâne. Oh! Je sais, le mot vous fait sourire. Vous n'êtes même plus sensibles au caractère réellement démoniaque de cette énorme entreprise d'abêtissement universel, où l'on voit collaborer les intérêts les plus divers, des plus abjects aux plus élevés - Car les religions utilisent déjà les slogans. Politiciens, spéculateurs, gangsters, marchands, il ne s'agit que de faire vite, d'obtenir le résultat immédiat, coûte que coûte, soit qu'il s'agisse de lancer une marque de savon, ou de justifier une guerre, ou de négocier un emprunt de mille milliards. Ainsi les bons esprits s'avilissent, les esprits moyens deviennent imbéciles, et les imbéciles, le crâne bourré à éclater, la matière cérébrale giclant par les yeux et par les oreilles, se jettent les uns sur les autres, en hurlant de rage et d'épouvante.

Ne pas comprendre! Il faudrait un peu plus de coeur que n'en possèdent la plupart des hommes d'aujourd'hui pour ressentir la détresse de ces êtres malheureux auxquels on retire impitoyablement toute chance d'atteindre le petit nombre d'humbles vérités auxquelles ils ont droit, qu'un genre de vie proportionné à leurs modestes capacités leur aurait permis d'atteindre, et qui doivent subir, de la naissance à la mort, la furie des convoitises rivales, déchaînées dans la presse, la radio. Être informé de tout et condamné ainsi à ne rien comprendre, tel est le sort des imbéciles. Toute la vie d'un de ces infortunés ne suffirait pas probablement à lui permettre d'assimiler la moitié des notions contradictoires qui, pour une raison ou pour une autre, lui sont proposées en une semaine. Oui, je sais que je suis presque seul à dénoncer si violemment ce crime organisé contre l'esprit. Je sais que les imbéciles dont je prends ainsi la défense n'attendent que l'occasion de me prendre, ou peut-être de me manger, car où s'arrêtera leur colère? N'importe! Je répète que ce ne sont pas les Machines à tuer qui me font peur.













« Le type de l’ermite de masse était né. 

Maintenant, ils sont assis à des millions d’exemplaires, 
séparés mais pourtant identiques, 
enfermés dans leurs cages tels des ermites ».



Günther Anders



« …Considérations philosophiques sur la radio et la télévision », 

L’obsolescence de l’homme (1956)



















Le jour où l'on parviendra à comprendre
la vie comme une fonction de la matière inerte,
ce sera pour découvrir que celle-ci possède
des propriétés bien différentes
de celles qu'on lui attribuait.

La Pensée sauvage

Claude Lévi-Strauss
















Commentaires