Translate

Rechercher dans ce blog

dimanche 19 mars 2017

L'aiguail du matin bleu.

Partager




Buées attractives.

Rosée picturale qui demeure sur les herbes, 
à nos lèvres que d'humidité vive 
happée sur les feuilles en creux, et toutes ces perles d'eau captive
qui ponctuent le paysage, richesse des mots, voilà l'enchantement par ailleurs. 
Souviens-toi de l'aiguail matinal, mise en joie, rafraîchissement d'orpailleurs,
chemises de coeurs résiduelles, fenêtres ouvertes, plages de fraîcheur, 
l'air du sel qui s'évapore, éditions de menus mystères, temps chercheur
de thème à redéfinir, il y avait on ne sait combien de bleus recouverts, 
ou d'esquisses de personnages à révéler, présents venus d'ailleurs.
On partait vraiment à l'aventure, pérambulation à l'écoute du chant secret 
des mots, ensevelissement sous les pluies, pour qui rêve, bien-être discret
d'une longue trêve concédée par quelque promenade dans l'intimité 
plastique de la toile, que de découvertes sensibles, discours non imité,
convergence d'écumes infinies, douches de gouttes bienveillantes au surplus. 
On mandait amoureusement à des pauses en s'accordant toujours plus 
de haltes encore, imaginaire pied-à-terre, par exemple la possible splendeur 
d'une caresse, les mouvements éphémères d'un terrestre labeur, subtile ardeur,
réveil de la poésie, condensations, semailles d'inutiles dispersions, 
nos souvenirs partout se recomposaient, aux couleurs vives d'émotions.
Nos passages lunaires égalaient nos sentiments partagés en haut du jour, 
l'amour est éternel en l'instant qui se fait des lits cieux, bonjour
de l'union extraordinaire, fusion douce inattendue en l'oubli du monde 
qui va toujours luttant, évasion par contre, et qui n'a pas de fin, ronde
de la composition alaire, c'est un beau motif, l'amour qui se fait jour,
ce qui est relatif aux ailes permet d'innombrables fervents détours...




Aucun commentaire: