Translate

Rechercher dans ce blog

Chargement...

samedi 5 septembre 2015

Paris captif, cris chansons d'antan.

Partager






Les Cris de Paris.





"Le Mouron des oiseaux tient son nom de la forte prédilection de 


certains oiseaux pour ses graines, 


qui étaient d’ailleurs distribuées aux oiseaux en captivité."





« Voilà du mouron pour les p'tits oiseaux »


Elle possédait une bonne centaine de printemps, 
( à vrai dire , je ne sais plus, il paraissait impossible de lui donner un âge)
Elle était assise à même le sol dans le Faubourg Saint Denis, et elle chantait, une branche à la main, « voilà du mouron pour les p'tits oiseaux »,
Elle s'apesantissait sur « p'tits » et libérait « oiseaux » 
comme s'ils prenaient leur envol,
Elle chantait toujours cette même phrase, dans l'indifférence générale,
J'étais fasciné par ce personnage qui ne voyait rien d'autre que ses petits oiseaux, et qui chantait sans aucune interruption,
Mon pas était rythmé par cette litanie, venue du fond des âges,
C'était une compagnie que ma conscience s'était appropriée,
Et puis le jour tant redouté arriva, plus de chant, plus de mouron,
L'oiseau s'était envolé dans sa belle cage dorée,
La rue était noire de monde, J'avais cependant l'illusion d'être seul,
Cette voix me manquait, elle avait bercé toute mon enfance,
Je me consolais en pensant qu'au Paradis des Anges elle chante encore, et qu'est-ce qu'elle dit la petite marchande, si vous tendez bien l'oreille pour l'écouter ?
« Voilà du mouron pour les p'tits oiseaux »


Emile Lelouch


Du mouron pour les p'tits oiseaux improvisation... par 1995lelouch







"That's pimpernel p'tits for birds


It had a hundred spring (actually, I do not know, it seemed impossible to give an age)
She was sitting on the floor in the Faubourg Saint Denis, and she sang, a branch in hand, "Here's pimpernel for birds p'tits"
It s'apesantissait on "little ones" and released birds as if they took off,
She always sang the same sentence, in general indifference,
I was fascinated by this character who did nothing other than small birds, and singing without any interruption,
My rhythm was not that litany, came from the depths of time,
It was a company that my conscience was appropriate
And then dreaded day arrived, more singing, more than pimpernel,
The bird had flown off in his beautiful golden cage,
The street was black with people, but I had the illusion of being alone,
I missed that voice, she cradled my whole childhood,
I console myself by thinking that paradise angels sing it again, and what she says the small market, if you tend good ear to listen? "That's pimpernel for p'tits Birds
Emile Lelouch



http://eurekasophie.unblog.fr/2009/04/10/le-mouron-des-oiseaux/
















vendredi 4 septembre 2015

Ce dur appel de l'espoir

Partager
........







































Ce dur appel
de l'espoir


Poèmes

Joseph Miezan Bognini

























couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE] 
Dans Présence Africaine 1971/2 (N° 78)





Herbes fécondes  et Feuilles d'Espoir...








«Sois prudent. N`écoute pas ceux qui disent que le Seigneur te garde, 
car tu es un humain. (…). 
Tu es au milieu des impies. 
Ne crains pas pour tes biens matériels que tu vas perdre. 
Que ton cœur ne se trouble point. Mais sauve ta vie et celle de ta famille. (…). 
Ne t`appuie pas sur l`homme, mais sur moi ton Créateur. 
Ne mets pas ta confiance dans l`homme. (…). 
Ne fais jamais confiance à un homme…».

Dame Bognini Thérèse

Mme Bognini, consacrée ``prophétesse Déborah`
in

http://news.abidjan.net/h/411668.html






..........

jeudi 3 septembre 2015

Amours de Génies : Révolution des Astres...

Partager































Rêve évolution d'extra naturalité : 
l'homme du futur sera télétransporté 
dans un ailleurs galactique hors de la trajectoire historique !






















Objet d'humour (circulatoire machinique) non identifié.






Génies Des astres : satellite magique du pouvoir spectaculaire.





Copi prémonitoire : "OH, MERDE, J'EXPLOSE ! '...







"Ce que deviennent les vieux Planches",

dessin de Victor Hugo, 

vers 1864-1869...




















Jurassic Park : bientôt le clonage humain, du pareil au même, à portée de clic de souris !




Divertissement : jeu des diversions spectaculaires du spectacle du pouvoir de la marchandise.







Infantilisme : la publicité distrait de la réflexion et mystifie des générations d'adolescents attardés.







L'art a disparu, on en étudie les dépouilles 
comme travaille sur les mystères 
de la vie des dinosaures.











Panthère rose - Le génie de la lampe











http://jacquelinewaechter.blogspot.fr/2013/06/genre-neutre-je-est-un-clone.html







Loretta Strong : Allo , John ?
C’était bien ma chance, Steve est mort !
Chez vous, tout va OK, John ?
Tant mieux , mes amitiés à Linda !
Allo, la Terre ?
Vous avez oublié de brancher l’oxygène de Steve Morton, Monsieur Drake…
Allo la Terre ?
Quelle merde !
Allo la Terre ? 
 



LORETTA STRONG


Copi






mercredi 2 septembre 2015

Les faisceaux de l'homme connexionniste

Partager
.....









Philosophie de l'esprit futur :


 Le monde futur évoluera 

tel un cerveau global en réseaux de "faisceaux"- "connexionnistes".











Activation des neurones, détecteurs de traits, travail du spectre large et algorithme de convergence, cohabitations hybrides de systèmes, 
statistiques, théorie du chaos, double flux miroir de données physiologiques et psychologiques, traitement transitoire du signal d'information, ainsi fantastiquement nourri, le tamis du traitement connexioniste du langage questionnera la valeur du mot éthique.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hel_0750-8069_1989_num_11_1_2294







La plasticité du cerveau, sa capacité à réorganiser les connexions entre les neurones, est  d'ordre phénoménale








La parole dépend d'un circuit constitué de fibres reliées entre elles par des noeuds. 





Le fonctionnement du cerveau repose sur des réseaux parallèles capables de se compenser les uns les autres en cas de problème, 
















...

mardi 1 septembre 2015

Michel Berger, prince des villes du futur.

Partager








Fin lecteur musical de la philosophie de Theodor W-Adorno,
Michel Berger, prince des claviers charmants 
martelait sur les ondes des postes TSF,
d'une voix douce et feutrée, 
des paroles de chansons
à double jeu.
Il jouait à l'ange déchu 
annonciateur starmania de la variété de demain,
oeuvrant dans l'ombre d'un monde futur à la Big Brother,
le musicien se faisait entraîneur de femmes marionnettes qui dansaient,
débridées à plaisir, 
jouées à leur insu
par la cadence d'un rythme infernal,
elles ponctuaient comme le feu dans la glace le décor dépouillé,
tandis que des hommes de mains trafiquaient en jeu à quatre mains 
et jouaient à de drôles de deals sur le billard à bande d'Eros et Thanatos.

Dans un univers froid et désincarné,
au milieu duquel trône, solitaire, l'opérateur artistique,
le tour est bien joué,
voilà le jeu façon Propaganda qui signe
le nouveau règne des hypnotiseurs.
.


En nuit, l'avenir est fragile et plein d'ennui.

Michel Berger Les Princes Des Villes live

lundi 31 août 2015

Paris mannequinat : vocabulaire.

Partager








Nous sommes des mannequins montés sur une carcasse creuse 

et nous avons le foie à la place du cœur.




Henry David Thoreau








Le proverbe empirique qui dit : 
"C'est en forgeant qu'on devient forgeron" est un proverbe de vérité, 
car il est plutôt rare, en effet, qu'en forgeant, 
un forgeron devienne petit télégraphiste ou mannequin de haute-couture.



Pierre Dac










« Je n'invente rien, je montre ce que je vois »















L'enfantin est celui qui prend tout très au sérieux.


J.W.









«La politique en soi, ce n'est pas très sérieux. Ses conséquences, oui, hélas !»
 



Robert Altman 










La misère du monde est tout aussi visible dans la ligne 
et le visage d'un mannequin que dans le corps squelettique d'un Africain. 
La même cruauté se lit partout si on sait la voir.


Jean Baudrillard

Extrait de Cool memories IV - 1995-2000










Conduire dans Paris, c'est une question de vocabulaire.

Michel Audiard

Dialogue du film français Mannequins de Paris












"Je ne suis plus le mannequin que vous avez connu..."


http://jacquelinewaechter.blogspot.fr/search?q=mannequin